Bonne Fête Patronale à Frère Michel

Saint Sylvain

24-07-2018 MASINDAHY JAKOBA

Il est le frère aîné de l'apètre Jean, et tous deux sont surnommés Boanerges, qui d'après l'évangile selon Marc veut dire < fils du tonnerre < (Mc 3,17). Une autre traduction possible serait < fils de la tourmente <[réf. nécessaire]. Ce surnom est une indication laissant supposer qu'ils prènent ouvertement l'usage de la violence contre les ennemis du Christ[réf. nécessaire]. Selon l'archéologue John Marco Allegro dont les théories sont contestées2, cette étymologie hébraïque masque une transcription hébraïque de GEShPU -An- UR qui signifie < homme puissant (qui soutient) la voûte céleste <, une évocation fantaisiste du stipe (pied) portant le pileus (chapeau), en termes cosmographiques, d'un champignon sacré, l'amanite tue-mouches objet d'un culte initiatique dans l'Orient de l'époque3 (plusieurs personnages bibliques se voient attribuer des noms inspirés des épithètes de l'amanite tue-mouches, tels Abel et Caîn, Jacob et &EACUTE;sa)4. En se fondant sur cette étymologie sémantique et sur le fait que certaines sectes gnostiques invoquaient ce champignon hallucinogène qui était supposé tre le fruit défendu du jardin d'Eden, certains chercheurs ont émis l'hypothèse hautement spéculative que Jéésus et ses proches s'adonnaient la consommation de cette drogue qui était censée libérer l'me5 Saint Jacques est l'un des tout premiers disciples suivre Jésus, et il est un de ses plus proches. Il participe, avec Pierre et Jean, des événements importants : résurrection de la fille du chef de la synagogue, Transfiguration, la prière de Jésus au Mont des Oliviers. Cependant, l'instar des autres apètres, il abandonne Jésus quand celui-ci est arrêté. Enfin, Jacques est cité parmi les témoins de la troisième apparition de Jésus après sa mort, sur les bords du lac de Tibériade (épisode de la pche miraculeuse rapporté par saint Jean). Jacques est le seul apètre dont la mort est rapportée dans le Nouveau Testament : < Il (Hérode) fit périr par le glaive Jacques, frère de Jean. < (Actes, XII:2)